Conférence : Manet et les Etats-Unis - Présentation de la Neue Pinakothek, Munich

Jeudi 2 novembre à 18h30
Musée Granet
Place Saint-Jean de Malte
13100 Aix-en-Provence

 

Conférence

Présentation de la Neue Pinakothek, Munich par Joachim Kaak

Édouard Manet et les Etats-Unis ou sur l’autonomie de l’art

Quelques années avant sa mort, Édouard Manet cherchait à être connu aux États-Unis d’Amérique. L’hiver 1879-1880, il fit parvenir son ambitieuse toile L’exécution de Maximilien à New-York et à Boston, emmenée par la chanteuse Émilie Ambre. Le succès escompté ne fut cependant pas au rendez-vous et l’œuvre revint en France.

Le désir de Manet de trouver un public outre-Atlantique pour son œuvre – qui, à Paris était sous le joug de la censure - fascine sans aucun doute. Cette toile témoigne de l’autonomie d’un artiste intellectuellement et politiquement indépendant au XIXème siècle. Qu’est ce qui aurait pu pousser Manet à envoyer cette toile-là aux États-Unis, qui se distingue - en tant qu’image historique – de son œuvre, alors qu’elle est aussi peu significative - autant pour les collectionneurs et les musées à New-York, Boston ou Chicago - en ce qui concerne sa création en tant que peintre. Quelles attentes voulait-il combiner ? Et finalement :  pourquoi l’œuvre n’a pas reçu le succès escompté auprès d’un public qui devait pourtant bien connaître l’événement représenté ?  

En réalité ces questions renvoient à une période décisive de la création de Manet dans laquelle il ne trouva pas seulement son originalité mais où il affirma également l’autonomie de l’art vis-à-vis de la politique artistique sous Napoléon III et où il établit irrémédiablement l’école moderne. Les questions conduisent à une phase créatrice, dans laquelle - comme le montre la conférence - la toile Le déjeuner notamment, exposée à la Neue Pinakothek à Munich, joue un rôle central, jusqu’ici méconnu.

Par Joachim Kaak, Conservateur de la période de la deuxième moitié du XIXème siècle, peinture et sculpture, Neue Pinakothek, Munich.